le commentaire de la paracha de la semaine

Paracha

theme_actu-en-avt_icn-like theme_actu-en-avt_icn-like Aimer l'article

Commentaire de la paracha PIN’HAS

Parasha Pinhas

La parasha s’ouvre sur « l’alliance de paix » promise par Hachem à Pinhas. En effet, ce dernier venait de tuer un couple aux yeux de tout le peuple afin de défendre l’honneur d’Hachem qui était bafoué par ces derniers. Même si la démarche de Pinhas était bonne, louable, et vertueuse, il n’en demeure pas moins qu’il avait commis un acte violent qui aurait pu laisser des « séquelles » dans le cœur et la psychologie de Pinhas et des Bnéi Israel.

A travers cette promesse d’Hachem de donner une « alliance de paix » à Pinhas, nos Sages nous disent que l’Éternel s’est alors engagé à effacer du cœur de Pinhas les conséquences négatives et délétères de son acte.

Or, ce pouvoir d’Hachem d’effacer le négatif revient une nouvelle fois dans la parasha lorsque le texte évoque la fête de Roch Hachana. Roch Hachana est un des jours les plus solennels du calendrier juif, mais c’est aussi un jour de fête et de joie. « Ce jour est consacré à l’Éternel. Ne vous attristez-donc pas, car la joie en l’Éternel est votre force ! »  Le jour du jugement est donc également un jour de joie et de fête.                                                                Le son du shofar que nous faisons retentir à Rosh Hachana rappelle à Hachem le son qui retentit au Mont Sinaï lorsque les enfants d’Israël acceptèrent la Torah, après que tous les autres peuples l’eurent refusée. Le son du shofar, éveille la miséricorde d’Hachem à notre endroit.

La miséricorde d’Hashem s’appuie alors, non seulement sur le son du shofar, mais également sur la sincérité du repentir de l’homme qui regrette ses erreurs du passé et s’engage à ne pas les recommencer. Au terme du processus de Techouva (confession des fautes, regret, engagement de ne plus recommencer), l’homme est considéré comme nettoyé de ses fautes, elles se déconnectent de lui, il n’a plus a en rendre compte. Roch Hachana nous rappelle avec force la faculté d’Hachem à effacer les fautes des hommes, et éliminer les moindres traces de ses égarements.

L’homme a donc cette faculté de ne pas être rivé pour l’éternité à ses fautes ou ses erreurs. Il peut en alléger le fardeau en faisant une techouva authentique, sincère, et en les faisant donc disparaître. Il s’agit d’une authentique renaissance, d’une nouvelle vie !

Cette parasha nous rappelle ainsi la faculté offerte à l’homme de ne jamais être enfermé dans son passé et dans ses erreurs, mais de pouvoir toujours orienter sa vie pour le bien. L’homme n’est pas enchainé à son histoire, a un « destin » tragique que rien ne pourrait arrêter.


0

2

Partager l'article :