L’alliance dans la Torah (Par Serge Nouchi)

Contributions

theme_actu-en-avt_icn-like theme_actu-en-avt_icn-like Aimer l'article

Quand Jacob m’a demandé d’écrire un texte sur l’Alliance dans la Thora ou plutôt sur les alliances, après avoir accepté et lu les références bibliographiques qu’il m’a gentiment données, je suis resté perplexe un moment. En effet, je ne connaissais que la brit-mila, la circoncision et, aussi l’Alliance de l’arc en ciel conclue par, Hachem avec Noé. J’avais bien entendu parlé, aussi dans les différentes drachot (conférences), de I’ « Alliance entre les morceaux ». Et voilà que je me retrouvais avec au moins 6 voir 7 alliances, différentes, je me propose donc dans ce court texte de mettre au clair ce mystère ou le dévoiler un tant soit peu, mais aussi de vous faire partager ma démarche.

En premier lieu, je citerai les sources bibliographiques à la fin de l’article comme il se doit. Je dois vous dire que sur ce sujet, j’ai été un peu déçu des sources internet où il règne une grande confusion. Quoique, à cette occasion, j’ai découvert « QUORA », qui est une application smartphone dans laquelle vous choisissez un thème, ici la religion ; vous posez votre question et miracle un spécialiste de la question vous répond ; vous pouvez ensuite engager la conversation sur le sujet. Donc je pose ma question : « Quelles sont les alliances dans la Bible hébraïque? ». Monsieur Jean BARBET y répond de manière tellement rigoureuse, que je me fais un plaisir de vous présenter, in extenso sa réponse. « On peut distinguer pas moins de six alliances essentiellement distinctes dans la Bible hébraïque,
qui sont en fait toutes les alliances bibliques. Ces alliances sont essentielles à une compréhension
exhaustive de la théologie biblique.

  • L’alliance originelle: le commandement donné à Adam (Genèse 1, 16-17) est indirectement assorti d’une promesse, celle de la vie éternelle (Genèse 3, 22), cette transaction spirituelle est donc une alliance
  • L’alliance noah’ique: après le Déluge, Dieu établit son alliance avec Noé et tous les êtres vivants pour ne plus détruire la terre, et en donne comme signe l’arc-en-ciel (Genèse 9,8-17)
  • L’alliance abrahamique: l’alliance passée entre Dieu et Abra(ha)m, par laquelle en lui seront bénies toutes les familles de la terre, est scellée par un sacrifice, et elle est reconduite à Isaac et Jacop (notamment Genèse 17,9-22 et Genèse 35,9-15)
  • L’alliance mosaïque: l’alliance conclue au Sinaï entre Dieu et son peuple d’Israël délivré du joug égyptien, par la médiation de Moïse, est inaugurée par le sang des sacrifices et exige l’observation de la loi (notamment Exode 19, 1-6)
  • L’alliance davidique: une alliance faite par Dieu avec David et son descendant à perpétuité est annoncée dans le prophète Samuel (notamment 2 Samuel 12-16)
  • La nouvelle alliance: la promesse d’une alliance nouvelle entre Dieu d’une part, et Israël et Juda d’autre part, fondée sur la grâce divine et non sur l’observance de la loi mosaïque, est annoncée par le prophète Jérémie (Jérémie 31,31-34).

Noter que lorsque le Christ « institue » le mémorial de la Cène (Matthieu 26, 26-29, Marc 14, 22-25, Luc 22, 19-20), il fait référence à la « nouvelle alliance », la dernière de la liste précédente. Les symboles du pain et du vin utilisés par les églises chrétiennes renvoient donc à une alliance évoquée dans l’Ancien testament, et inaugurée en l’Eglise du Nouveau testament. »

Nous trouvons 6 alliances mentionnées dans cette citation , or nous en cherchions 7. On peut en trouver certainement plus car il y a pas moins de 264 occurrences du mot bérit (coupure en hébreu) qui est traduit par alliance en français, dans le Tanakh (Ihora, Néviim, Khétouvim, prononcé Kétouvim).

En fait, Hachem et Abram/Abraham ont conclu deux alliances importantes :

  • Dans le livre de la Génèse (versets 17, 9-14 ), comme le signe de l’Alliance entre Dieu et la descendance d’Abraham, scellée par la brit-mila, la circoncision.
  • L’ « alliance entre les morceaux » (Génèse 15), qui est la promesse du don de la Terre aux descendants d’Abraham, scellée par le sacrifice d’une génisse, d’une chèvre, d’un bélier, d’une tourterelle et d’une colombe, coupés en deux sauf les oiseaux. Cette alliance a été renouvelée et précisée quant aux conditions à remplir pour le peuple d’Israël, Deutéronome (versets 15, 1-10), essentiellement l’observance des mitsvot.

Il faut noter également que le texte d’Yves Barbet concernant la Nouvelle Alliance, n’est pas conforme à la traduction et l’interprétation que nous juifs pouvons faire sur la prophétie de Jérémie. A l’époque de sa prophétie, Jérémie était emprisonné par le Roi de Juda alors que les armées du Roi de Babylone faisaient le siège de Jérusalem. C’était une vision à plus court terme qu’un évènement qui se passerait six siècles plus tard. La grâce divine ? Traduction du verset 31,33 : « Mais voici quelle alliance je conclurai avec la maison d’Israël, au terme de cette époque, dit l’Eternel : je ferai pénétrer ma loi en eux, c’est dans leur coeur que je l’inscrirai; je serai leur Dieu et ils seront mon peuple.». Point d’abolition de la loi mosaïque, au contraire, il s’agit de la faire pénétrer au coeur même de chacun.

Il faut être vigilant sur cette question d’alliance nouvelle, car cette théologie a impacté de manière négative la vie du peuple juif depuis plus de deux millénaires et continue de le faire même après l’encyclique Nostra Aetate de Jean XXIII dans les années soixante, mais ça c’est une autre histoire qui mériterait un autre développement.


0

0

Partager l'article :