le commentaire de la paracha de la semaine

Contributions

theme_actu-en-avt_icn-like theme_actu-en-avt_icn-like Aimer l'article

La racine du palestinisme arabe est d’assassiner des Juifs (par Barry Shaw)

Lorsqu’on examine la rhétorique des pro-palestiniens, lorsqu’on élimine la fraude et les mensonges de leur récit, une chose est claire. Ils détestent tous les Juifs. Mais les arabes palestiniens vont encore plus loin. Eux, ils massacrent les Juifs.

Ils peuvent déguiser cela en une cause prétendument « juste », mais, en fin de compte, tout ce qu’ils ont, c’est cette obsession du meurtre des Juifs. Ils l’ont toujours fait, avant même d’adopter la cause de la « Palestine » pour dissimuler leur antisémitisme sous couvert de nationalisme.

Les Arabes assassinaient des Juifs au Moyen-Orient avant qu’il y ait une cause arabe palestinienne. Ils l’ont fait par cupidité et par jalousie envers les Juifs qui ont construit et réussi quand eux ils échouaient. Au lieu d’apprendre d’eux, ils ont assassiné et pillé.

Des réminiscences de Gaza et de l’AP ? Peu importe combien de milliards vous leur donnez, ils les gaspillent pour assassiner des Juifs.

Un des premiers exemples est le meurtre de Juifs qui cultivaient collectivement leurs terres à Tel Hai, dans le nord de la Galilée, dans la Palestine pré-étatique, qui était alors le district aride d’un Empire ottoman en déclin. Des bandes arabes en maraude ont attaqué à plusieurs reprises la forteresse dans laquelle vivaient les agriculteurs juifs, jusqu’à revenir en plus grand nombre pour tuer et voler tout ce qu’ils pouvaient. Dans la bataille qui a suivi, huit Juifs, dont deux femmes et le héros juif manchot, Joseph Trumpeldor, qui avait combattu aux côtés des Britanniques pour libérer la Palestine des Turcs et des Allemands en 1917, ont été tués. Les Arabes se sont enfuis avec tout ce qu’ils pouvaient. Cette bataille perdue est devenue un jalon symbolique dans le folklore juif. Rien à voir avec la « Palestine » ou la création d’un État. Juste une razzia, un vol violent et meurtrier.

Haj Amin al-Husseini était le mufti de Jérusalem, et atteint d’une haine brûlante envers les Juifs. En 1920, il a transformé ce qui était traditionnellement une fête traditionnelle musulmane joyeuse, Nebi Musa, en un pogrom arabe de masse contre les Juifs de Jérusalem, une ville à majorité juive depuis 1860. Haj Amin al-Husseini a galvanisé les foules musulmanes, leur ordonnant de faire ce que leurs compatriotes arabes avaient fait en Galilée et ailleurs dans la Palestine pré-étatique.

Bien que la vieille ville de Jérusalem fût contrôlée par l’armée britannique, celle-ci n’a rien fait pour empêcher les massacres, les viols et les pillages arabes.

L’année suivante, les arabes étaient incités à des émeutes à Jaffa. Selon les rapports de l’époque, des arabes armés de gourdins, de couteaux, d’épées et de quelques pistolets sont entrés par effraction dans des maisons juives et ont assassiné leurs habitants, tandis que des femmes les suivaient pour piller. Ils ont attaqué des passants juifs et détruit des maisons et des magasins juifs. Ils ont battu et tué des Juifs dans leurs maisons, y compris des enfants, et dans certains cas ont ouvert le crâne des victimes – mais les Juifs ont riposté.

En 1929, les émeutes arabes s’étaient étendues à Hébron, une ville où la présence juive était continue depuis l’époque d’Abraham. Soixante-neuf Juifs ont été tués sous le prétexte que les Juifs envisageaient de prendre le contrôle du Mont du Temple à Jérusalem. Ce mensonge est récurrent, mais il fonctionne toujours comme un déclencheur pour les dirigeants arabes qui détestent les Juifs.

Haj Amin al-Husseini a fui Jérusalem après que les Britanniques ont émis un mandat d’arrêt contre lui. Il s’est rendu en Irak et s’est infiltré parmi les dirigeants islamiques tombés sous le contrôle des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Utilisant leur influence, al-Husseini a commencé à attiser le sentiment musulman contre les Juifs de Bagdad qui vivaient dans la paix et la prospérité depuis des siècles jusqu’au 1er juin 1941, date à laquelle, lors d’une fête juive, les musulmans irakiens furent incités à se retourner violemment contre les Juifs. Armés d’épées et de gourdins, ils assassinèrent et violèrent les quartiers juifs. Ce pogrom s’appelle le Farhoud.

Échos lointains des atrocités palestiniennes du Hamas du 7 octobre.

Des femmes juives se sont fait couper les seins.

Alors que les Britanniques approchaient, al-Husseini, avec l’aide des nazis, échappa une fois de plus à la justice britannique en s’enfuyant à Berlin où il rencontra Adolf Hitler et proposa la solution finale au problème juif, en commençant par la Palestine. On lui confia la direction d’une station de radio destinée à inciter les musulmans à s’en prendre aux juifs. Il reçut une armée musulmane à endoctriner et à entraîner. Il visite les camps de concentration avec Heinrich Himmler. Tout cela fait partie de son plan d’extermination des Juifs au Moyen-Orient.

Avec l’entrée des Alliés en Allemagne, al-Husseini a fui Berlin et il est arrivé via la France en Égypte où il a vécu sous le patronage d’une famille du Caire avec un jeune homme ambitieux dont le mufti est devenu le mentor. Ce jeune égyptien a changé son nom en Yasser Arafat et son identité en Arabe palestinien. Arafat a appris sa stratégie politique sous la tutelle des Soviétiques et ses tactiques de guérilla au Vietnam. Mais son antisémitisme ? Il l’a reçu d’Al-Husseini.

Lorsqu’il a commencé sa campagne de terreur meurtrière contre les Juifs d’Israël, il ne l’a pas fait au nom de la « Palestine ». Selon ses propres mots à la journaliste italienne Arianna Palazzi en 1970 : « La question des frontières ne nous intéresse pas. Ce que vous appelez la Palestine n’est qu’une goutte d’eau dans un immense océan. Notre nation est la nation arabe. L’OLP combat au nom du panarabisme. Ce que vous appelez la Jordanie n’est rien d’autre que la Palestine. »

Ce sont ses propres mots. Le chef de l’Organisation de libération de la Palestine a déclaré au monde qu’il dirigeait une armée de guérilla luttant pour une cause plus grande, celle qui consiste à déposséder les Juifs au nom du panarabisme, et il a admis que la Jordanie est la Palestine.

Ce n’est que plus tard, après avoir levé une armée de 40 000 hommes, détourné des avions vers la Jordanie et les avoir fait exploser, défiant le roi Hussein – pour ensuite être vaincu dans une guerre connue sous le nom de « Septembre noir » et déporté au Liban, qu’il a changé sa stratégie politique en une campagne pour déposséder les Juifs de leur droit à vivre en paix et en sécurité en Israël. Comme tous les groupes terroristes lâches, les terroristes d’Arafat ont ciblé des civils, notamment une école, à Maalot, de l’autre côté de la frontière libanaise, des athlètes israéliens aux Jeux olympiques de Munich et une tentative d’assassinat contre l’ambassadeur d’Israël en Grande-Bretagne, ce qui a incité Israël à entrer en guerre contre les terroristes d’Arafat au Liban.

Lorsqu’Israël a été persuadé d’accepter une solution pour résoudre le problème arabe palestinien et mettre fin à l’incessante campagne de terreur contre les citoyens israéliens, Israël a accepté de céder des parties de son territoire souverain dans l’intérêt d’une paix mutuelle, Arafat a été invité à serrer la main du Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, sur la pelouse de la Maison Blanche, sous le regard souriant du président Clinton.

Le monde s’est rassuré lorsqu’Arafat a promis d’offrir aux Israéliens « la paix des braves ». Pour ce geste, il a reçu le prix Nobel de la paix. Mais après qu’on l’ait autorisé à retourner à Ramallah, il nous a donné la paix du cimetière.

Arafat a tué plus de Juifs après avoir reçu le prix Nobel de la paix qu’auparavant.

Alors qu’il quittait son exil à Tunis pour regagner son siège à Ramallah, Arafat s’est rendu dans une mosquée de Johannesburg et a déclaré à une congrégation qui le critiquait, en l’accusant d’être un traître à la cause islamique : « Ne vous inquiétez pas. Cet accord que j’ai conclu avec les Juifs n’est rien d’autre que le traité de Hudaibiyah. »

Ils comprenaient ce qu’il voulait dire.

Il y a longtemps, lorsque Mahomet n’a échoué à conquérir La Mecque, qu’il considérait comme le siège de sa nouvelle religion, il a négocié un accord de paix trompeur de dix ans avec la tribu Quraish dans l’oasis neutre de Hudaibiyah. Les Quraish étaient alliés de la tribu juive Banu Qurayza. Les Quraish lui faisaient confiance et vaquaient à leurs occupations commerciales, abandonnant ainsi leurs défenses.

Au fil des années, Mohammad a renforcé ses forces, a frappé les Quraish sans méfiance et a conquis La Mecque. Il a célébré sa victoire en faisant creuser une tranchée. Il rassembla huit cents hommes et garçons juifs, les décapita et prit leurs femmes et leurs filles comme esclaves, pour que ses hommes en fassent ce qu’ils voulaient.

Lointains échos du Hamas le 7 octobre 2023.

Le Hamas pensait-il vraiment qu’il partait à la conquête d’Israël ce jour-là ?

Ou bien y avait-il une intention de perpétuer une tradition de meurtre, de torture, de viol et d’humiliation des Juifs qui choquerait le monde et impressionnerait le Moyen-Orient ?

Mahmoud Abbas, celui qui prétend que les Juifs souillent le Mont du Temple avec leurs pieds sales, celui qui a décrété que tout arabe vendant des terres aux Juifs serait exécuté, celui dont la terre doit être Judenrein, celui qui incite et paie les arabes pour assassiner les Juifs dans son pays, via un programme de récompense ignoble nommé « Payer pour tuer » : quelqu’un peut-il honnêtement suggérer que cet homme, formé dans une université de Moscou sur la négation de l’Holocauste, n’est pas un antisémite ?

Le lien ombilical se trouve sur l’enregistrement vocal d’un terroriste du Hamas dans un kibboutz israélien le 7 octobre, qui a appelé avec enthousiasme ses parents pour leur dire :  »Je vous parle depuis le téléphone d’une femme juive. Je l’ai tuée et j’ai tué son mari. J’en ai tué dix de mes propres mains ! Papa ! Dix, de mes propres mains. Dix ! Leur sang est sur mes mains. »

Il n’a pas dit « israélien » en arabe. Il a dit « juif ». Il dit fièrement à ses parents qu’il avait tué dix Juifs, et il a reçu leurs bénédictions.

Pensez à l’argent auquel lui ou sa famille a droit de la part de Mahmoud Abbas et de l’Autorité palestinienne. Est-ce l’homme qui, selon l’administration américaine, devrait être le leader et l’agence chargée de remplacer le Hamas à Gaza ? Est-ce le mieux qu’ils puissent proposer ?

Quant à vous, Américains, avez-vous remarqué que ceux qui défilent dans vos rues en criant « Mort aux Juifs ! » « Gazez les juifs ! », « Allah ouakbar! » sont les mêmes qui défendent la Palestine avec le chant génocidaire « Du fleuve à la mer », un slogan meurtrier appelant au génocide des Juifs ?

Peut-on douter que le palestinisme arabe ne concerne pas le génocide des Juifs ?

Peut-on douter que la menace du palestinisme arabe ne s’est pas répandue à l’échelle mondiale comme elle l’a fait à l’époque d’al-Husseini, alors que nous voyons des étudiants juifs se barricader dans les bibliothèques de leurs campus, ou des familles juives vivant dans la peur derrière des portes verrouillées, en Occident ?
Paul Kessler, un Juif de Los Angeles âgé de 69 ans, a été frappé à la tête et tué par un professeur arabe palestinien brandissant un porte-voix à Los Angeles. La raison pour laquelle il a été tué était parce qu’il tenait un drapeau israélien. Cela aurait dû être un moment de Jewish Lives Matter, mais ça n’a été le cas. Les Juifs américains n’ont pas le courage des Afro-Américains.

Il a peut-être été la première victime juive mortelle du palestinisme arabe en Amérique, mais il ne sera pas la dernière. Des incidents antisémites se produisent chaque jour au « pays de la liberté ».

C’est une chose que nous, Juifs, avons apprise tout au long de notre histoire : ça commence par des mots, mais cela ne s’arrête jamais là.

Cet article, paru ce matin sous le titre « The root cause of Arab Palestinism is killing Jews » dans Arutz Sheva, est signé Barry Shaw. Il est membre de l’Institut d’Etudes Stratégiques d’Israël


0

0

Partager l'article :